Analyse

Il s’agit d’une question récurrente ! Pas plus tard que jeudi matin, il y a environ deux semaines, un client nous interroge :

« Oui, bonjour, je vous appelle concernant l'entrepreneur ABBC. Malgré de nombreuses promesses, il n'a toujours pas terminé le chantier X. J'ai trouvé un autre entrepreneur qui pourra poursuivre les travaux. Puis-je faire exécuter le chantier X par un autre entrepreneur et récupérer les coûts (supplémentaires) auprès de l'entrepreneur ABBC ? »

Ce type de situation est au sommet de la liste des désagréments liés à des travaux de construction : le (sous-)contractant ne respecte pas le calendrier des travaux. Les plannings de chantier ne laissent généralement pas beaucoup de marge et l'exécution tardive du travail de A entraîne souvent des retards dans l'exécution du travail de B. Avant même de s'en rendre compte, tout le planning est chamboulé et la date de réception n’est plus assurée.

Mais que pouvez-vous y faire ?   

Il est possible de demander au tribunal l'autorisation de remplacer un cocontractant négligent et de poursuivre les travaux à ses frais. Cependant, cette solution n'est pas efficace car la durée des procédures judiciaires dépasse régulièrement la durée des travaux de construction.

Les cours et tribunaux ont bien compris à ces difficultés et acceptent le principe du remplacement extrajudiciaire d'un contractant, donc sans passer par le tribunal (également appelé « remplacement d'office »). Attention, des conditions strictes doivent être respectées.

1. Le remplacement extrajudiciaire est possible dans des conditions strictes

Un entrepreneur négligent ne peut être remplacé que si les conditions strictes suivantes sont remplies :

  • Défaut contractuel grave du contractant ;
  • Urgence ;
  • Évaluation préalable et contradictoire de l'état des travaux et des défauts ;
  • Mise en demeure préalable avec demande de remédier aux défauts dans un délai raisonnable ;
  • Notification préalable au contractant de son remplacement, avec indication des motifs.

Si ces conditions ne sont pas respectées, le remplacement extrajudiciaire du contractant pourrait être déclaré inapplicable par le tribunal et vous devriez alors supporter seul les coûts du nouveau contractant. En outre, l’entrepreneur évincé pourrait également vous solliciter le paiement de dommages et intérêts en raison de la rupture du contrat initial. Une perspective particulièrement désagréable.  

2. La Cour de cassation a assoupli ces conditions

Heureusement, la Cour de cassation a récemment assoupli les conditions de remplacement extrajudiciaire d'un entrepreneur.

Selon la Cour de cassation, « dans des circonstances exceptionnelles, telles que l'extrême urgence », le donneur d'ordre peut remplacer l'entrepreneur négligent sans autorisation judiciaire.

Il semble donc que la Cour ait jugé que ce n'est pas seulement en cas d'extrême urgence que le contractant peut être remplacé, mais aussi dans toutes les circonstances exceptionnelles. La jurisprudence déterminera dans les années à venir quels éléments peuvent être qualifiés de « circonstances exceptionnelles », mais il est clair que le remplacement extrajudiciaire peut désormais être utilisé dans un plus grand nombre de cas qu'auparavant.

Dans les médias spécialisés, je lis ici et là des commentaires selon lesquels la Cour de cassation, en ne mentionnant pas explicitement la condition d'un manquement contractuel grave, aurait également abandonné cette condition.

Cependant, on perd de vue que la Cour doit se toujours limiter aux point qui lui sont soumis et/ou jugés. 

Cet arrêt ne mentionne tout simplement pas la condition de manquement contractuel grave, de sorte qu'on ne peut pas non plus dire que l'arrêt a établi que cette condition est caduque.       

Les autres conditions semblent également toujours s'appliquer puisque la Cour a également mentionné qu'en cas de substitution extrajudiciaire, « le créancier doit tenir compte des intérêts raisonnables du débiteur ». En effet, les exigences d'une constatation contradictoire de l'état des travaux, d'une mise en demeure préalable et de la notification de la substitution servent à protéger les intérêts du cocontractant.

Et même si le juge était d'avis que le remplacement extrajudiciaire est illégal, la Cour de cassation apporte une bonne nouvelle avec cet arrêt.

En effet, alors qu'auparavant, il était jugé que la partie qui avait illégalement procédé à une substitution extrajudiciaire n'avait droit à aucune indemnité pour les travaux qu'elle avait fait exécuter par un autre entrepreneur, la Cour de cassation a jugé que le donneur d'ordre avait au moins droit aux « coûts internes de production », c'est-à-dire aux coûts internes que l'entrepreneur initial aurait de toute façon dû supporter s'il avait exécuté les travaux.

3. Annulation ou remplacement : lequel est le plus intéressant ?

Enfin, je voudrais soulever une question concernant le choix entre un remplacement extrajudiciaire et une résolution extrajudiciaire du contrat en cas de défaillance de l'entrepreneur.   

Même après l'arrêt précité de la Cour de cassation, les conditions de résolution extrajudiciaire d'un contrat sont encore (légèrement) plus aisées à rencontrer que celles du remplacement extrajudiciaire du contractant. Alors pourquoi choisir un remplacement extrajudiciaire ? Parce que cette seconde option vous donne le droit de poursuivre l’exécution du contrat par un autre entrepreneur.

La différence entre un remplacement extrajudiciaire et une résolution extrajudiciaire est que le remplacement extrajudiciaire ne met pas fin au contrat avec l'entrepreneur. L'entrepreneur initial est simplement 'remplacé' pour (une partie de) la réalisation de l'ouvrage par un nouvel entrepreneur. Toutefois, le contractant reste responsable de l'exécution ultérieure de (l'autre partie de) l'accord.

En revanche, en cas de résolution extrajudiciaire, la convention est résolu dans son intégralité et le contractant n'est plus responsable de l'exécution (ultérieure) de la convention.

Le remplacement extrajudiciaire d'un entrepreneur peut donc être utile si les problèmes ne concernent qu'une partie des travaux ou si, par exemple, vous souhaitez que la garantie donnée par l'entrepreneur initial continue de s'appliquer.

Il sera donc important d'examiner attentivement quelle est la meilleure solution en cas de négligence de l'entrepreneur : le remplacement de l'entrepreneur ou la résolution du contrat. Nous sommes bien entendu, heureux de vous aider à faire le bon choix.

Dans le cadre de cet article, nous n'avons abordé que le remplacement du cocontractant dans le cadre de contrats de construction, mais les principes de remplacement de l'entrepreneur ou de résolution du contrat s'appliquent à tous les contrats. En effet, avec l'arrêt en question, la Cour de cassation a également reconnu - tout comme récemment la résolution extrajudiciaire - le remplacement extrajudiciaire comme une sanction contractuelle de droit commun. Vous pouvez donc - pour autant que les conditions applicables soient remplies - remplacer également un fournisseur défaillant, par exemple.

Vous souhaitez obtenir plus d'informations ou l'aide des spécialistes de Seeds of Law ? N'hésitez pas à nous contacter au +32 (0)2 747 40 07 ou via info@seeds.law.

En savoir plus sur ce sujet ?

Contactez nos experts ou appelez le n° +32 (0)2 747 40 07
Roeland Moeyersons

Roeland Moeyersons

Partner
Koen De Puydt

Koen De Puydt

Partner
Alain De Jonge

Alain De Jonge

Partner
Toon Rummens

Toon Rummens

Partner
Ulrike Beuselinck

Ulrike Beuselinck

Partner